Les recommandations de Google pour la recherche vocale

La recherche vocale prend de l’ampleur, on le sait. Tout le monde parle des assistants vocaux, que ce soit Google Home, Amazon Alexa ou même le fail de LG qui a eu lieu au CES de Las Vegas avec son robot CLOi qui a refusé de répondre en pleine démonstration. Pour autant, Google n’avait encore jamais été clair sur ce qu’il considère comme étant du contenu de qualité pour une recherche vocale. C’est maintenant chose faite !

En effet, lorsque l’on recherche quelque chose sur le moteur de recherches textuelles de Google, des guidelines très précises ont depuis longtemps été mises à disposition des webmasters afin qu’ils puissent adapter leur site de manière à ce que Google les indexe et les positionne au mieux dans les SERP. Ce n’était pas encore le cas sur la recherche vocale, mais le tir a été rectifié il y a quelques jours.

Ce document met à disposition de nombreux exemples permettant de comprendre ce que Google considère comme un contenu de qualité, apportant une réponse appropriée à une recherche orale.

La recherche vocale, une histoire de support

Ce qu’il faut avant tout comprendre, c’est que selon le terminal que vous utilisez, la réponse à une question peut-être fournie de différentes manières.

Par exemple, si vous utilisez votre téléphone et que vous dîtes « OK Google, quel temps fait-il à Osaka ? », alors la réponse vous sera fournie visuellement sur votre téléphone. Il y aura notamment des graphiques, des tableaux de températures, etc…

En revanche, si vous faîtes cette demande à votre assistant Google Home (pour rester dans le contexte Google), alors celui-ci vous répondra oralement, sans affichage. Du coup, décrire par des mots un tableau de températures ou un graphique d’évolution de la vitesse du vent, c’est une autre paire de manches… On comprend immédiatement que la réponse doit être différente pour ce device. Il faut une phrase concise, claire et qui va droit au but.

Les 4 piliers de la qualité d’une réponse à une recherche vocale

Pour juger de la qualité d’un contenu répondant à une recherche vocale, Google a délimité 4 axes principaux.

La satisfaction utilisateur

C’est un peu évident, mais il faut que le contenu apporte la réponse à la question posée. Autrement, il est clair que le contenu n’est pas pertinent.

La longueur de la réponse

Comme je le disais dans l’exemple précédent, un tableau de données peut être très intéressant pour une recherche avec résultat visuel, mais pour une réponse orale, alors c’est clairement inutile car il y a beaucoup trop d’informations.

La différence principale entre les supports visuel et oral est que visuellement, un utilisateur peut parcourir rapidement le contenu pour rechercher l’information qu’il désire. On peut donc se permettre d’édulcorer un peu la réponse avec des informations secondaires. Sur une recherche visuelle, c’est tout bonnement impossible. Du coup, une réponse longue oblige l’utilisateur à attendre la fin de la phrase, ou bien à couper la réponse car il s’impatiente. Il faut donc que la réponse soit concise.

La formulation de la réponse

Que ce soit en lecture ou en écoute, il est toujours plus facile de comprendre une phrase correctement orthographiée, grammaticalement correcte et proprement structurée avec de la ponctuation. Mais c’est encore plus vraie sur les réponses orales.

Lorsqu’on lit rapidement un texte, notre cerveau est capabe de gommer ceraines fautes de frappe. Avez-vous vu que j’ai fait 2 fautes dans la phrase précédente ? J’ai volontairement mal écrit « capable » et « certaines ». Sur une réponse orale, ces mots mal orthographiés seront insupportables à entendre. Dans la plupart des cas, l’IA sera capable des les corriger automatiquement, mais parfois non. Imaginez également plusieurs phrases sans ponctuation et avec une structure grammaticale un peu louche. Horrible non ? Ces critères seront donc déterminants sur les réponses vocales.

L’élocution

Ce point rejoint un peu le précédent dans le sens où une phrase mal écrite peut-être difficile en termes de tonalité. Les suites de mots aux sonorités trop similaires peuvent également être complexes à comprendre (ou à prononcer pour le robot ?).

 

Plus de détails sur les guidelines de la recherche vocale disponibles ici : https://storage.googleapis.com/guidelines-eyesfree/evaluation_of_search_speech_guidelines_v1.0.pdf

Publié le dans SEO

Dernières publications

Retrouvez les dernières actualités webmarketing partagées sur le Blog.

Google Speed Update : le temps de chargement des pages devient un facteur de positionnement sur mobile
Google Speed Update : le temps de chargement des pages devient un facteur de positionnement sur mobile
Parmi les nombreux critères pris en compte par Google pour calculer le classement d’une page dans ses résultats de recherche figure la vitesse de chargement. Bien que tout le monde s’accorde à dire que ce critère reste mineur pour le SEO, il est très pris au sérieux car un ...
SEO
Il y a 2 jours
Etude Brandwatch : comment utilise-t-on les Emojis ?
Etude Brandwatch : comment utilise-t-on les Emojis ?
Brandwatch, société Anglaise spécialisée dans l’analyse du comportements des utilisateurs des réseaux sociaux a récemment publié une étude sur l’utilisation des Emojis. Des résultats globalement intéressants, parfois loufoques, qui valent le coup d’être parcourus. Je ...
Facebook
Il y a 7 jours
Facebook va encore réduire le reach organique des Pages
Facebook va encore réduire le reach organique des Pages
Facebook est challengé sur beaucoup de sujets depuis quelques temps et l’un deux est son utilité et un possible effet néfaste du réseau social sur ses utilisateurs. En effet, la base d’un réseau social est de créer des connexions entre ses membres et surtout, des ...
Facebook
Il y a 9 jours